Šibenik (HR) - Un centre-ville pour toutes les saisons

2019

URBACT Programme

Depuis 2002, Urbact est le programme de coopération territoriale européen visant à encourager le développement urbain intégré et durable dans les villes des États membres de l’Union européenne, de Norvège et de Suisse. Urbact est un instrument de la politique de cohésion, financé par le Feder (Fonds européen de développement régional) et les États membres.

Urbact est un programme européen d’échanges et d’apprentissage entre villes dont l’objectif est d’élaborer des solutions pour faire face aux grands enjeux urbains. Par la mise en réseau des villes européennes, le renforcement des compétences et la capitalisation des bonnes pratiques, il soutient les décideurs publics et les acteurs de terrain, pour faire émerger des solutions durables intégrant les dimensions économiques, sociales et environnementales du développement urbain.

Faisant suite aux programmes Urbact I et II, Urbact III continue de promouvoir le développement urbain intégré et durable et contribue aux objectifs de la stratégie Europe 2020.

À télécharger : urbact-citystories-sibenik.pdf (790 Kio)

Le vieux centre de Šibenik n’est pas reconnu comme un site commerçant de grande qualité, et la demande fluctue énormément entre les mois d’été très occupés et un hiver morne. La ville a entrepris avec URBACT de créer un attrait marketing et culturel pour la vieille ville afin d’équilibrer cette situation.

Il semble presque impossible d’imaginer qu’une ville aussi belle que Šibenik puisse avoir des problèmes pour attirer les gens à y faire leurs achats. Sa grande vieille ville est un ensemble étonnant de bâtiments médiévaux et Renaissance sur la côte adriatique de la Croatie. La ville ne compte pas seulement un mais deux sites inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO : un de plus que New York. Il s’agit de l’exceptionnelle cathédrale Renaissance St James et du très inhabituel fort St Nicolas du XVIe siècle. Et pourtant, à bien des égards, Šibenik est victime de son propre succès. Le tourisme a remplacé l’industrie de l’aluminium et de l’acier en tant que principal employeur de la ville, et les magasins de la vieille ville - soumis à toutes les pressions du commerce extérieur et du commerce en ligne - en deviennent de ce fait trop dépendants. « Nous risquons d’aller vers d’autres villes côtières de Croatie, mais nous avons toujours des gens qui vivent dans le centre-ville. Ce n’est pas seulement touristique, il y a toutes les fonctions administratives et commerciales, et nous voulons que cela reste ainsi », explique Petar Mišura, chef du département de l’économie, de l’entreprenariat et du développement au conseil municipal de Šibenik. C’est pourquoi la ville a voulu aller au-delà de son contexte local pour obtenir un soutien international. C’est pourquoi la ville a rejoint le réseau RetaiLink.

Nouvelle relation : publique et privée

Pour M. Mišura, le véritable triomphe a été la formation d’un Groupe local URBACT, un groupe d’acteurs locaux ayant pour objectif de définir des actions et de dynamiser le secteur du commerce de détail. Kristijan Domdjoni, représentant de l’Association des entrepreneurs de la vieille ville, est devenu coordinateur du Groupe local URBACT et a contribué à obtenir le soutien local. « Nous sommes une société ex-communiste et notre gouvernement a toujours eu une approche descendante, nous sommes donc dans une situation où notre groupe de commerçants n’avait pas cette relation informelle avec l’administration. Il y avait de la suspicion et il était difficile de convaincre les gens de travailler avec nous », explique M. Mišura. Lors de cette première réunion du groupe, il y avait un fort sentiment que l’administration locale et la communauté des commerçants de Šibenik avaient des points de vue différents. « La plainte des commerçants était que nous n’avons pas assez de places de parking, et non seulement nous n’en avons pas assez, mais ce n’est pas un parking bon marché. Alors qu’ils insistaient sur l’infrastructure, nous insistions sur une approche marketing utilisant le réseau social et Instagram et des pages web promotionnelles », explique M. Mišura.

De meilleures infrastructures, un meilleur accès… et une meilleure identité

Il est très rare que les gouvernements locaux s’impliquent dans l’aide au secteur du commerce de détail en Croatie, se limitant normalement aux infrastructures dures : ponts, maisons, etc. Le succès du Groupe local URBACT a été de mettre en place un dialogue entre le gouvernement local et la communauté du commerce de détail. « Pendant ce temps, ils ont changé d’avis, mais nous avons aussi changé le nôtre », explique M. Mišura. L’un des résultats d’URBACT pour Šibenik a été d’encourager une proposition - approuvée mais pas encore mise en œuvre - pour le stationnement sous la place principale de la ville, tout en améliorant l’accès à certaines parties de la vieille ville. Avec autant de petites ruelles et de marches pour les visiteurs, la signalisation est un domaine autour duquel un consensus s’est développé, à la fois comme un moyen de faciliter l’accès et comme une opportunité de donner une identité à la vieille ville. Le conseil municipal a pu à son tour obtenir le soutien du secteur du commerce de détail grâce au processus URBACT. Comme le dit leur plan intégré, « les efforts du groupe d’action locale devraient également conduire à une série d’activités de marketing plus fortes, promouvant l’expérience d’achat dans le vieux centre-ville en utilisant des outils en ligne, des applications mobiles, en organisant des ventes et toutes sortes d’événements pour assurer des séjours plus longs dans le vieux centre-ville tout au long de l’année, et pas seulement en été ». Des programmes de formation et des ateliers ont été mis en place pour améliorer l’assistance à la clientèle et les études de marché auprès des détaillants. Ils sont gérés par la Chambre économique croate, la Chambre croate des métiers et de l’artisanat et l’École polytechnique de Šibenik. Dans le cadre des recherches approfondies menées par l’équipe du groupe local sur les problèmes rencontrés par le commerce de détail dans la vieille ville, ils ont interrogé plusieurs résidents, dont Želimir Mikulić, professeur à l’école polytechnique. Il a examiné de manière équilibrée les commerces de détail situés dans la vieille ville de Šibenik : « Aujourd’hui, les gens se rendent dans les centres commerciaux pour y passer du temps et non pour y dépenser de l’argent. Si le centre-ville parvient à proposer une bonne offre culturelle et de loisirs en même temps qu’une bonne offre commerciale, il fera revenir les gens ».

Références