Building partnerships between inhabitants and local authorities in Africa

Sidiki Abdoul Daff, Françoise FEUGAS, 2000

Dialogues, propositions, histoires pour une citoyenneté mondiale (DPH)

In Africa, decentralisation–and the consequent emergence of local authorities–is being implemented in a context of indigence and State disengagement. One of the most striking characteristics of which is ‘empowering people’ by transfering responsibility for social services to them (privatisation of standpipes, health services, garbage collection, etc.). The goal is to rid the State of sectors that are not considered profitable, by entrusting them to local authorities set up to bring elected officials closer to inhabitants.

If there are no local authorities to take their concerns into account, inhabitants–who consider the town or village their territory–organise to find solutions to their everyday problems. These are often group solutions on the village, neighbourhood or block level, and they are facilitated by ties between neighbours, a common culture and clear awareness of a shared destiny. The growth of community organisations is a sign of this commitment to take charge and improve the quality of life without looking to any outside saviour.

This dossier is not available in English. Please contact us if you want to help us translate part of our contents.

Ainsi, en l’absence d’un pouvoir local prenant en compte leurs préoccupations, les habitants, qui considèrent la ville ou le village comme leur territoire, s’auto-organisent pour trouver des solutions à leurs problèmes quotidiens. Ce sont souvent des réponses collectives à l’échelle d’un quartier, d’un village ou d’un pâté de maisons, facilitées par une proximité cultivée, une communauté culturelle et une claire conscience d’un destin commun. Le foisonnement des organisations communautaires est le signe de cette volonté d’auto-prise en charge pour améliorer le cadre de vie sans se référer à un quelconque sauveur venu de l’extérieur.

Cette « autre » Afrique bricole, se débrouille, reconstruit du lien social et répond avec ses propres moyens et modes de représentation aux défis qui l’assaillent : la pauvreté, l’insécurité, la dégradation de l’environnement, le manque d’infrastructures… Toutes ces initiatives possèdent leur dynamique propre qui, dans certains cas, peut relayer et compléter l’action du pouvoir public et dans d’autres, entrer en conflit avec lui en l’absence de dialogue pour une gestion concertée.

Les malentendus et les conflits résultant de l’absence de dialogue pour une gestion concertée concernent aussi, quelquefois, les rapports que les populations entretiennent avec les ONG. Ces dernières, tout en étant d’une grande utilité, ont tendance à « faire à la place » des habitants en partant de leurs propres vues ou des priorités des bailleurs de fonds étrangers.

La décentralisation et la démocratisation ignorent trop souvent le pouvoir traditionnel qui tire sa légitimité des tréfonds de l’histoire et de la culture africaines, légitimité que lui reconnaissent les populations mais qui sont négligées par les autres acteurs. Ainsi, il apparaît qu’à l’intérieur du système décentralisé moderne les différents acteurs cheminent dans un espace commun (ville, village, quartier, etc.) sans concertation et se neutralisent par moments.

Ce qui est sûr, c’est que c’est bien de la confluence de ces différentes dynamiques que pourra émerger une véritable décentralisation, qui n’a de sens que si elle met au centre de ses préoccupations la participation de l’habitant. A ce niveau, l’enjeu est de construire une parole de l’habitant qui consiste « à casser le monopole de la production de sens légitime aux instances dominantes (Pouvoir central ou local) et à reconnaître d’autres liens de production du sens, en particulier par les intéressés eux-mêmes (Habitants) ».

Sources

LATOUCHE S. 1998. L’Autre Afrique : entre les dons et les marchés, Albin Michel, coll. Bam Economie

11 case studies